virus31 kultur ist keine ware
 
kultur in gefahr
 Charta   Hausaufgaben   theatre danger   Termine   Dokumente   Presse   Links   Kontakt 
theatredanger :: frankreich

Intermittents & Festival in Cannes 03 

Kurz vor Beginn des Festivals in Cannes spitzt sich der Konflikt wieder zu. Wir veröffentlichen hier eine Auswahl der letzten Nachrichten aus dem internen Netz der cip-idf. Aus Zeitgründen können wir leider keine Übersetzung anbieten. Am Ende des Artikel finden Sie jeweils einen Link, der eine schlichte Übersetzung durch das Sprachtool von Google anbietet.

3 ) Colère des intermittents - LE MONDE
cip-idf - 7.5.2004 

 

3 ) Colère des intermittents après les propositions du ministre.
LE MONDE | 06.05.04 | 14h04
Eté 2004 , remake de 2003 ? A quelques jours du Festival de Cannes, qui a
lieu du 12 au 23 mai, le climat est - très - tendu. En présentant,
mercredi 5 mai, ses propositions pour l'emploi dans le spectacle vivant,
le cinéma et l'audiovisuel, (Le Monde du 6 mai), le ministre de la culture
et de la communication n'a pas apaisé le conflit des intermittents, qui
dure depuis près d'un an. Renaud Donnedieu de Vabres a annoncé, notamment,
la création d'un fonds provisoire, financé par l'Etat à hauteur de 30
millions d'euros, qui permettra de gérer les situations les plus
préoccupantes : les intermittents qui sont exclus du nouveau régime
d'assurance-chômage, qui prévoit que les 507 heures devront être réalisées
en onze mois en 2004 (puis en dix mois ou dix mois et demi selon les
professions en 2005), pourront ouvrir des droits, en fonction de critères
de ressources, selon l'ancien
dispositif (507 heures en douze mois).
Michel Lagrave, ancien directeur de la Sécurité sociale, pilotera ce fonds
et tiendra le rôle de l'"expert indépendant" chargé de réfléchir, avec les
partenaires sociaux, à un nouveau système d'assurance-chômage - les
accords Unedic devant être renégociés d'ici à fin 2005.
"Avec ce fonds, on va créer un statut de sous-intermittent, une sorte d'ASS
[allocation spécifique de solidarité]", a déclaré le sénateur communiste
et ancien ministre Jack Ralite, qui s'était invité à la conférence de
presse, Rue de Valois.
Le ministre de la culture fait le pari que ses propositions vont
enclencher une dynamique avec les syndicats et les organisations
patronales.
"Denis Gauthier-Sauvagnac [président de l'Unedic et responsable du Medef]
a déjà dit ce matin qu'il ne se remettrait pas à la table des
négociations", a précisé M. Ralite.
Les opposants à la réforme n'ont pas obtenu ce qu'ils souhaitaient : la
remise en cause du protocole signé en juin 2003 par la CFDT, la CFTC, la
CFE-CGC, le Medef, la CGPME, l'UPA. Jeudi 6 mai, une conférence de presse
devait être organisée, à l'Assemblée nationale, par le "comité de suivi"
qui regroupe, entre autres, la Coordination nationale des intermittents,
la CGT, SUD, le Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et
culturelles), la SRF (Société des réalisateurs de films), l'Ufisc (arts de
la rue) et des parlementaires de tous bords.
Dans un communiqué, mercredi, le "comité de suivi" faisait part de sa
colère : "Alors que les chercheurs ont obtenu leurs postes et les chômeurs
recalculés leurs droits... les artistes, techniciens et réalisateurs
restent floués, et les parlementaires non écoutés. (...) Faute de
propositions sérieuses, les festivals et manifestations artistiques de la
saison 2004 restent menacés. A commencer par le FEstival de Cannes."
"DES DÉGATS" IMMÉDIATS
Le "comité de suivi" reproche aussi au ministre de n'avoir pas tranché le
cas des femmes enceintes et des personnes en congé de maternité, très
pénalisés par la réforme, mais de s'en remettre aux partenaires sociaux.
Son prédécesseur, Jean-Jacques Aillagon, avait agi de la sorte, sans
succès.
La CGT a qualifié l'annonce du ministre de "provocation": "Il ne faudra pas
s'étonner s'il y a des dégâts dans les festivals dès la semaine
prochaine", a déclaré le secrétaire général adjoint de la fédération CGT
du spectacle,
Jean-François Pujol.
"Rien n'est réglé", a estimé Force ouvrière. La CFTC, signataire de la
réforme, souligne que le projet du ministre "bute sur le manque de moyens"
et contient "des lacunes et des imprécisions", en s'interrogeant sur les
critères de ressources pour avoir accès au fond.
A droite, le malaise est perceptible. Si l'UMP salue "la main tendue" du
ministre, les parlementaires impliqués dans le dossier sont déçus.
Le député (UMP) et président de la mission parlementaire sur les métiers
artistiques, Dominique Paillé, a toutefois préféré pointer "les côtés
positifs" :
"implicitement, le gouvernement reconnaît que l'accord n'est pas
socialement juste".
A l'UDF, le ton est plus direct : le député Pierre-Christophe Baguet et la
productrice Frédérique Dumas "regrettent l'absence de certaines mesures
immédiates et concrètes", tout en approuvant la nomination d'un "expert
indépendant".
Le plan du ministre a quand même fait des heureux. La société civile des
auteurs, réalisateurs, producteurs (ARP) a pris "bonne note" de la volonté
du ministre de "sortir par le haut" de la crise, tout en soulignant que
"la restauration d'un climat de confiance passe par des actes très
concrets".
"Nous sommes prêts à participer aux travaux du ministre", a indiqué le
délégué général de l'Union syndicale des producteurs audiovisuels (USPA),
Jacques Peskine, qui s'est réjoui des mesures pour "relancer l'emploi et
relocaliser les tournages en France", par le biais d'un crédit d'impôt (Le
Monde du 5 mai).
La CFDT est apparue gagnante, en soulignant que le fonds provisoire était
"un premier pas vers la mise en place d'une véritable caisse
complémentaire"... une idée de son secrétaire général, François Chérèque,
fermement rejetée par la CGT et la Coordination. Ce qui ne devrait pas
manquer d'attiser un peu plus le feu.
Clarisse Fabre
• ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 07.05.04

google Übersetzung  

Posted: Fr - Mai 7, 2004 at 06:26 nachm.  
   
>
 
impressum